DETAILS DE L'ARTICLE

FICHES PRATIQUES

L'arrêt maladie chez Teleperformance

Mardi 7 Avril 2020 | EDITION : SUD TELEPERFORMANCE
Article vu 626 fois

Facebook Twitter WhatsApp Google Plus Linkedin email

Les modalitées de l'arrêt maladie chez Teleperformance
L'arrêt maladie chez Teleperformance

L'arrêt maladie chez Teleperformance

Les modalitées de l'arrêt maladie chez Teleperformance


Extrait de la convention collective des prestataires de service :

Le montant du complément est calculé comme suit :

Salarié de 1 à 3 ans d’ancienneté :
– pendant 30 jours : 90 % de la rémunération brute que le salarié aurait gagnée s’il avait
continué à travailler
– pendant 30 jours, 75 % de cette rémunération

Salarié après 3 ans d’ancienneté :
– pendant 30 jours, 100 % de la rémunération brute que le salarié aurait gagnée s’il avait
continué à travailler
– pendant 30 jours, 80 % de cette rémunération.

« Ces temps d’indemnisation seront augmentés de 10 jours par période entière de 5 ans d’ancienneté en sus du minimum de 3 années sans que chacun d’eux puisse dépasser 90 jours ». Il résulte de cette affirmation de la convention collective que :

Salarié après 8 ans d’ancienneté :
– pendant 40 jours, 100 % de la rémunération brute que le salarié aurait gagnée s’il avait
continué à travailler
– pendant 40 jours, 80 % de cette rémunération.

Salarié après 13 ans d’ancienneté :
– pendant 50 jours, 100 % de la rémunération brute que le salarié aurait gagnée s’il avait
continué à travailler
– pendant 50 jours, 80 % de cette rémunération.

Salarié après 18 ans d’ancienneté :
– pendant 60 jours, 100 % de la rémunération brute que le salarié aurait gagnée s’il avait
continué à travailler
– pendant 60 jours, 80 % de cette rémunération.

Il faut donc 33 ans d’ancienneté pour atteindre le maximum de 90 jours

Extrait Accord Teleperformance sur la rémunération :
Le salarié  devra justifier  dans  les 48h  la cause de l’absence. Les délais d’indemnisation commenceront à courir de la manière  suivante :
– Pour  les salariés ayant  1 an  d’ancienneté : 0 jour  de carence au 1er  arrêt  maladie, soit  une prise
en charge dès le 1er jour  d’arrêt.
– 2 jours de carence pour les 2èmes et 3ème arrêts maladie, soit une prise en charge dès le
3ème  jour.
– 4 jours  de carence à partir du 4ème  arrêt maladie ou accident de trajet, soit une prise en charge
dès le 5ème jour
La comptabilisation des arrêts maladie  se  fera par année civile,  sachant que le  compteur du nombre d’arrêts  sera, automatiquement   remis  à  zéro  à  chaque  début d’année.

La subrogation, c’est à dire le maintien de salaire (indemnité complémentaire de l’employeur + IJSS : indemnités journalières sécurité sociale) : est valable à partir d’un an d’ancienneté. A moins d’un an ancienneté, seules les IJSS sont payées par la sécurité sociale (et non par l’employeur). Il n’y a que deux versements par mois à la sécurité sociale, donc le versement se fera en fonction de la réception de l’attestation de salaire envoyé par l’employeur. Le montant de l’indemnité journalière sera calculée en fonction des renseignements inscrits sur l’attestation de salaire. Je serais payé par la sécurité sociale à hauteur de 50% de mon salaire journalier de base si j’ai moins d’un an d’ancienneté

Moins d’un an d’ancienneté, comment suis-je payé en période de coronavirus (uniquement pour la garde d’enfant et personne vulnérable) ? : Si j’ai moins d’un an d’ancienneté dans l’entreprise, dans un cas normal je suis payé par la sécurité sociale (IJSS) à hauteur de 50 % de mon salaire journalier de base. Mais dans le cadre de l’ordonnance du 25 mars concernant la crise du COVID19, je suis payé directement par l’employeur, comme si j’avais déjà un an d’ancienneté, c’est-à-dire à 90% de mon salaire journalier de base. Dans tous les cas, il n’y a pas de jour de carence.

Plus d’un an d’ancienneté, comment suis-je payé en période de coronavirus (pour la garde d’enfant et personne vulnérable) ? Les conditions sont les mêmes que lors d’un arrêt maladie classique (il n’y a pas d’exception), sauf que je n’ai aucun jour de carence.

Extrait de la convention collective des prestataires de service :

Le montant du complément est calculé comme suit :

Salarié de 1 à 3 ans d’ancienneté :
– pendant 30 jours : 90 % de la rémunération brute que le salarié aurait gagnée s’il avait
continué à travailler
– pendant 30 jours, 75 % de cette rémunération

Salarié après 3 ans d’ancienneté :
– pendant 30 jours, 100 % de la rémunération brute que le salarié aurait gagnée s’il avait
continué à travailler
– pendant 30 jours, 80 % de cette rémunération.

« Ces temps d’indemnisation seront augmentés de 10 jours par période entière de 5 ans d’ancienneté en sus du minimum de 3 années sans que chacun d’eux puisse dépasser 90 jours ». Il résulte de cette affirmation de la convention collective que :

Salarié après 8 ans d’ancienneté :
– pendant 40 jours, 100 % de la rémunération brute que le salarié aurait gagnée s’il avait
continué à travailler
– pendant 40 jours, 80 % de cette rémunération.

Salarié après 13 ans d’ancienneté :
– pendant 50 jours, 100 % de la rémunération brute que le salarié aurait gagnée s’il avait
continué à travailler
– pendant 50 jours, 80 % de cette rémunération.

Salarié après 18 ans d’ancienneté :
– pendant 60 jours, 100 % de la rémunération brute que le salarié aurait gagnée s’il avait
continué à travailler
– pendant 60 jours, 80 % de cette rémunération.

Il faut donc 33 ans d’ancienneté pour atteindre le maximum de 90 jours

Extrait Accord Teleperformance sur la rémunération :
Le salarié  devra justifier  dans  les 48h  la cause de l’absence. Les délais d’indemnisation commenceront à courir de la manière  suivante :
– Pour  les salariés ayant  1 an  d’ancienneté : 0 jour  de carence au 1er  arrêt  maladie, soit  une prise
en charge dès le 1er jour  d’arrêt.
– 2 jours de carence pour les 2èmes et 3ème arrêts maladie, soit une prise en charge dès le
3ème  jour.
– 4 jours  de carence à partir du 4ème  arrêt maladie ou accident de trajet, soit une prise en charge
dès le 5ème jour
La comptabilisation des arrêts maladie  se  fera par année civile,  sachant que le  compteur du nombre d’arrêts  sera, automatiquement   remis  à  zéro  à  chaque  début d’année.

La subrogation, c’est à dire le maintien de salaire (indemnité complémentaire de l’employeur + IJSS : indemnités journalières sécurité sociale) : est valable à partir d’un an d’ancienneté. A moins d’un an ancienneté, seules les IJSS sont payées par la sécurité sociale (et non par l’employeur). Il n’y a que deux versements par mois à la sécurité sociale, donc le versement se fera en fonction de la réception de l’attestation de salaire envoyé par l’employeur. Le montant de l’indemnité journalière sera calculée en fonction des renseignements inscrits sur l’attestation de salaire. Je serais payé par la sécurité sociale à hauteur de 50% de mon salaire journalier de base si j’ai moins d’un an d’ancienneté

Moins d’un an d’ancienneté, comment suis-je payé en période de coronavirus (uniquement pour la garde d’enfant et personne vulnérable) ? : Si j’ai moins d’un an d’ancienneté dans l’entreprise, dans un cas normal je suis payé par la sécurité sociale (IJSS) à hauteur de 50 % de mon salaire journalier de base. Mais dans le cadre de l’ordonnance du 25 mars concernant la crise du COVID19, je suis payé directement par l’employeur, comme si j’avais déjà un an d’ancienneté, c’est-à-dire à 90% de mon salaire journalier de base. Dans tous les cas, il n’y a pas de jour de carence.

Plus d’un an d’ancienneté, comment suis-je payé en période de coronavirus (pour la garde d’enfant et personne vulnérable) ? Les conditions sont les mêmes que lors d’un arrêt maladie classique (il n’y a pas d’exception), sauf que je n’ai aucun jour de carence.




RUBRIQUES DES ARTICLES

Actualité Annonce Communiqué de presse Convention Collective Coronavirus CSE Divers Droit du travail Fiches Pratiques Monde Solidaire



DERNIERES PUBLICATIONS